facebook

 
THALASSOTHERMIE

Un réseau vertueux à La Seyne-sur-Mer alimenté par les calories de l’eau de mer

La Métropole TPM et la ville de La Seyne-sur-Mer ont choisi Dalkia pour le développement, la gestion et l’exploitation du réseau urbain de la ville afin de réaliser des économies d’énergie et lutter contre le réchauffement climatique. Celui-ci est alimenté à 75 % par une énergie renouvelable locale inépuisable : la Méditerranée.

Depuis le 1er janvier 2018, date de sa transformation en Métropole, TPM exerce en lieu et place des communes membres nombre de compétences dont " la Création, l’aménagement, l’entretien et la gestion de réseaux de chaleur ou de froid urbains". C’est dans ce cadre que les membres de la commission ont attribué, le 21 juin dernier, le nouveau contrat de concession du réseau de chaud et de froid de La Seyne-sur-Mer à Dalkia, filiale du groupe EDF. Celle-ci aura la charge de développer le réseau de thalassothermie de la ville pour une durée de 20 ans. Le projet est soutenu par la Région Sud et l’ADEME dans le cadre du Fonds Chaleur.

"La lutte contre le réchauffement climatique est un objectif majeur, pour le gouvernement et les Territoires; nous sommes en première ligne avec la Métropole", a souligné Gilles Vincent TPM en charge de l'Environnement et du Développement durable, lors de la conférence de presse du 10 décembre.

Il est aujourd'hui prouvé que l’une des principales sources de gaz à effet de serre dans le monde, est l’énergie. Électricité, gaz, chauffage, émettent du CO2 qui provoque le réchauffement climatique. La solution pour atténuer les effets des bouleversements écologiques réside dans l’adoption d’un mode de vie et d’organisation collective plus sobre et moins coûteux en ressources et en énergie. TPM œuvre depuis plusieurs années en faveur d'une transition énergétique et d’une réduction de l’emprunte environnementale au niveau local. Avec l’adoption du Plan Climat Énergie Territorial (PCAET),  elle met en place une politique de terrain qui vise à valoriser les énergies renouvelables ainsi que les économies d’énergie à l’échelle du territoire.

Dès 2007, la municipalité d‘Arthur Paecht fait le choix d’investir dans la thalassothermie, une technologie également appelée « énergie thermique des mers » qui consiste à valoriser en climatisation l’énergie calorifique accumulée en profondeur dans les mers et les océans. Celle-ci appartient à la catégorie des énergies dites renouvelables qui lutte efficacement à la réduction des émissions de CO2 tout en s’inscrivant dans une démarche de développement durable.

« Quoi de plus logique pour une Métropole tournée vers la mer et pour une filiale méditerranéenne que de se tourner vers de ce type d’énergie renouvelable. » a déclaré Fréderic Rossi, directeur commercial de Dalkia et représentant le directeur de Dalkia Méditerranée Serge Burtin.

Le réseau de thalassothermie à La Seyne-sur-Mer, comment ça marche ? 
 


Le principe est simple : le réseau est composé d'une boucle d'eau tempérée qui relie la station d’échange sur eau de mer, en bord de quai face au Parc de la Navale, à des pompes à chaleur (PAC) installées au sein des bâtiments raccordés. Ces dernières, selon les saisons, augmentent ou diminuent la température de l'eau de la boucle. Celle-ci, initialement captée dans la mer à une température comprise entre 12 et 25°C et à une profondeur d’environ 5 mètres, produit dès lors chauffage, climatisation et eau chaude sanitaire. De plus, la chaleur issue de la production de climatisation est également récupérée pour alimenter le réseau dans une logique d’économie circulaire.

Près de 1200 tonnes de CO2 économisés, soit l’équivalent de 900 voitures en circulation de moins sur le territoire !

Dès lors, cette technologie innovante permet d’alimenter le réseau de chaleur et de froid à 75 % par une énergie renouvelable et inépuisable, évitant ainsi l’émission de 1 149 tonnes de CO2 par an.  « Cette économie est un pas qui démontre la volonté de La Seyne-sur-Mer, de Dalkia et de TPM d’aller de l’avant et de lutter efficacement contre le réchauffement climatique. », a proclamé Gilles Vincent.

La facture énergétique des abonnés devrait ainsi baisser en moyenne de 15 %, luttant ainsi contre la précarité énergétique sur le territoire.

Sous l’ancienne concession, le réseau existant appartenait à la ville de La Seyne-sur-Mer et alimentait en eau tempérée les équipements de production d’énergie thermique de 4 abonnés, propriétaires privés : les bâtiments Porte Marine 2 (Armada-Santa Maria, Lylo Marine et Red Line) ainsi que le Casino JOA.

A présent, les objectifs poursuivis par la commune sont l'optimisation de son fonctionnement, son développement, la diminution de l'impact financier pour le déléguant tout en sécurisant son fonctionnement. 

« C’est un outil qui est là, qui fonctionne et qui a besoin de se développer et de devenir important. » a rappelé Denise Reverdito, représentant le maire Marc Vuillemot et déléguée à l’Aménagement durable du territoire et à la Maîtrise des énergies. « Nous sommes fiers de contribuer à cette avancée pour l’ensemble de la Métropole et de rendre cette technologie accessible aux habitants ».

Dès l’été 2019, des travaux seront donc lancés pour optimiser et tripler la capacité de production des installations, notamment par la création d’un réseau de canalisations de 3 km. Cette extension permettra de délivrer à différents points de livraison déjà identifiés (bâtiments communaux, écoles, logements collectifs, bâtiments tertiaires...) une énergie bas carbone avec un prix stable et compétitif dans la durée.

Véritable « smart grid » thermique 

Grace à un réseau « smart », toutes les sous-stations sont connectées au Dalkia Energy Savings Center (Desc), un centre de pilotage numérique alliant intelligences humaine, technologique et artificielle. Le réseau de chaleur et de froid de La Seyne-sur-Mer est ainsi piloté en temps réel pour répondre aux abonnés. De plus, Dalkia a ouvert son nouvel Espace client aux gestionnaires des bâtiments raccordés, qui peuvent visualiser le fonctionnement du réseau, accéder au suivi de leur consommation ou encore faire des demandes d’intervention directement depuis la plateforme sécurisée et accessible 24h/24. 

Ainsi,  « ce réseau présente de nombreux atouts : il est à la fois vertueux, smart, décarboné… », selon Serge Burtin. « Nous sommes ravis d’accompagner la Métropole et la commune de La Seyne-sur-Mer dans ce projet ambitieux. En contribuant à sa modernisation et à son agrandissement, nous nous engageons à garantir la réalisation d’économies d’énergie tout en assurant le bien-être durable des utilisateurs finaux »

Les chiffres clés du réseau  

  • 20 ans de contrat 

  • 75 % d’énergies renouvelable et de récupération

  • 980 équivalent-logements  

  • Réduction de 15 % sur la facture énergétique

  • 500 m de réseau, avec une extension future estimée à 3 000 m  

  • 7 MW de capacité de production de chaud et de froid

  • 1 149 tonnes de CO2 évitées par an

Actualités 

Actualités

Du 25 au 27 octobre prochains, retrouvez le festival musical dans divers lieux de la vie toulonnaise: Opéra, Télégraphe, P

TPM finance le système de vigilance et d'alerte PREDICT, qui vous avertit en cas de risques d'intempéries.

Que deviennent nos ordures ménagères et comment sont-elles valorisées ?

TPM, compétente pour la collecte des déchets ménagers et assimilés, vous informe de la fermeture exceptionnelle au public

Le Clos Saint- Bernard dit villa Noailles accueille samedi 12 octobre 2019 à 18h l'inauguration de Nouveaux Regards #