Littoral

Les eaux de baignade surveillées de près !

Assurer une eau de baignade de qualité sur les 65 plages du littoral du territoire, être réactif en cas d’incident pollution, la Métropole TPM, a été précurseur dans la recherche d’outils. Chaque été depuis 2006, TPM met en place un suivi de la qualité des eaux de baignade très rapide et adapté à la saison.

Depuis le 1er juin jusqu’au 30 septembre, ce système de gestion permet une analyse rapide (3h) en cas de suspicion de pollution bactérienne à la demande des maires, ou en cas de pollution avérée suite à un prélèvement réglementaire de l’ARS*. Un suivi préventif dit « en gestion active » est par ailleurs réalisé sur certains sites, plus fréquentés notamment.

Dans le cadre du suivi en gestion de crise, la réactivité doit être immédiate et l’analyse rapide, afin d’aider les communes dans leur prise de décision. Dans chacune des communes littorales concernées, il y a un référent qui lance la procédure au départ, en cas de suspicion de pollution ou de pollution avérée, auprès du prestataire - Veolia cette année - opérationnel 7 jours/7 de 7h à 19h. Un « préleveur » est aussitôt envoyé sur place pour remplir ses échantillons et recueillir des renseignements (vent, bateaux au mouillage, fréquentation, température de l’eau,…) utiles à l’interprétation des résultats. Puis direction un des deux laboratoires (La Garde ou La Seyne-sur-Mer) pour l’analyse des échantillons en seulement 1h/1h30, avant de transmettre les résultats à la commune, TPM et l’ARS par fax/mail.

Trois conclusions sont possibles en fonction du nombre de bactéries :

• la veille: aucune pollution,

• la vigilance: présence d’une contamination bactérienne mais en-dessous des normes réglementaires,

• l’alerte: au-dessus des normes.

Dans ce dernier cas, la commune prend alors un arrêté de fermeture du site et de nouvelles analyses sont effectuées. En cas de niveau de vigilance et/ou d’alerte des agents du service assainissement de TPM, des agents communaux en charge des réseaux pluviaux et les référents « baignade » de la commune réalisent des investigations de terrain, analysent les résultats d’autosurveillance des réseaux d’assainissement et interviennent au plus vite pour faire stopper la cause de la pollution. En général avec l’aide des profils de vulnérabilité des sites de baignade les causes sont identifiées en quelques heures.

En 2018, 65 sites sont suivis, dont 27 en gestion active. Pendant l’été 2017, 480 prélèvements ont été effectués en gestion active, et 45 en gestion de crise.

Dans 98% des cas, les résultats étaient bons ou en dessous du seuil d’alerte.

« Pour les maires, cet outil, mis en place dès 2006 par TPM, permet de réagir rapidement. Les contrôles de l’ARS mettent 48h à arriver, alors que ce suivi en gestion de crise est traité en 3 heures maximum… » explique Gilles Vincent, vice-président TPM en charge de l’environnement.
« La qualité des eaux de baignade de la métropole est très surveillée depuis 2006, grâce notamment au Contrat de Baie. Ainsi les communes de Saint-Mandrier et Hyères ont choisi d’aller plus loin dans la démarche et demander le label « démarche qualité des eaux de baignade » pour valoriser cette surveillance par prélèvements réguliers en plus de la surveillance réglementaire ; l’identification de toutes les sources de pollutions potentielles et la mise en place d’indicateurs pour anticiper les pollutions. » complète Gilles Vincent.

* Agence Régionale de la Santé

 

Les questions que tout le monde se pose

Comment est-il possible qu’une plage fermée suite à une pollution puisse rouvrir au bout de quelques heures et pourquoi une plage située à proximité immédiate va rester ouverte ?

Il faut savoir que les contaminations sont très souvent ponctuelles et très localisées. Avec le dispositif de surveillance (suivi ARS et autosurveillance TPM), les rejets sont rapidement identifiés et stoppés; or avec les courants cette pollution va rapidement être diluée et les bactéries fécales qui ne sont pas adaptées à l’eau de mer et qui sont détruites par les rayons du soleil vont rapidement disparaître. Donc si le rejet est stoppé, qu’il fait beau et que les eaux ne stagnent pas, la qualité de l'eau va pouvoir revenir très rapidement à la normale et la zone impactée sera restreinte.

Pourquoi ma plage est souvent fermée quand il pleut, ou après la pluie ?

En période estivale, les pluies sont rares et les sols vont se charger en hydrocarbures des automobiles, en déjection canines sur les caniveaux, et ainsi qu'en eaux stagnantes dans certains réseaux pluviaux. En cas de pluie significative (plus de 5 mm), il va y avoir un lessivage des sols et les eaux vont transiter jusqu’à la mer. Sur certaines plages, plus sensibles à ces rejets, une vigilance accrue est donc mise en place et exceptionnellement des mesures de fermeture préventive sont effectuées avec une fermeture systématique de la plage. Au terme de l’épisode pluvieux, il est nécessaire d'attendre quelques heures et une analyse de vérification avant de rouvrir la plage.

Actualités 

Actualités

La Métropole TPM* et la ville de Six-Fours-les-Plages vous informent que la déchèterie de Six-Fours-les-Plages sera fermée

Du 18 au 24 décembre, ne manquez pas le festival Pitchouns, dédié aux enfants et à leurs parents, qui se déroulera à la vi

Jeudi 6 décembre, l’Opéra TPM a proposé 2 représentations du Barbier aux établissements scolaires.

​​​​​​​Le 1er janvier 2018, TPM est devenue la 14ème Métropole de France, parmi les 22 qui maillent aujourd’hui le territo

À l'occasion du Salon des maires et des collectivités locales, qui s’est déroulé à Paris les 20,21 et 22 novembre, la